Langue Etrangères S2 - LE MEMOIRE

Langue Etrangères S2 - LE MEMOIREst sm usthb
LE MEMOIRE


1) QU’EST-CE QU’UN MEMOIRE ?
Le mémoire est un travail écrit et personnel par lequel un étudiant montre qu’il
est capable d’exposer et de développer une question relevant de sa spécialité et
prouve sa capacité à mettre en oeuvre les connaissances et les méthodes acquises
au cours de ses études, selon une démarche argumentée, logique et cohérente.
C’est un travail d’intégration des connaissances, il peut être orienté vers le
développement et/ou vers la recherche. Il vise à approfondir et /ou à concrétiser
les enseignements reçus.

2) LE PROMOTEUR (DIRECTEUR DE MEMOIRE, DE RECHERCHE):
Le promoteur est un membre du corps académique de la faculté. Il doit être vu
comme un guide méthodologique qui :

  •  Aide l’étudiant à baliser son mémoire en définissant avec lui les objectifs et la méthodologie du document.
  •  Donne à l’étudiant les moyens logistiques pour réussir son mémoire : accès aux bibliothèques, aux laboratoires.
  •  S’engage à rencontrer l’étudiant de manière formative, à l’initiative de celui-ci.
L’étudiant et le promoteur se rencontrent en fonction de l’avancement du travail.


3) LE CHOIX DU SUJET :
Il n’ya pas de thèmes de recherche bons ou mauvais dans l’absolu, on jugera
le sujet d’après plusieurs critères :
-Le chercheur lui-même (le sujet le motive t-il ?)
-Le Directeur de recherche (est-ce que le sujet s’inscrit dans ses
préoccupations ?)
-L’état de la recherche(le sujet est-il impossible à traiter : absence de
matériaux et d’informations, documentation inaccessible ?)

4) LA PROBLEMATIQUE :
C’est une composante essentielle dans le travail de préparation de la thèse.
Elle se construit autour de la « question principale » qui doit être cruciale et
centrale donc essentielle par rapport au sujet choisi.
Après avoir choisi son sujet, il faut chercher le moyen de définir et de préciser la
manière dont on veut l’aborder. Il faut déterminer la question principale autour de
laquelle s’articulera le travail de recherche et émettre de façon hypothétique une
réponse à cette question.

D’où les deux étapes à réaliser :
-Etablir une problématique
-Emettre des hypothèses

La problématique est « la mise en perspective de l’ensemble des liens qui existent
entre les faits, les acteurs et les composantes d’un problème donné ».
Elle s’élabore autour de la question principale, des hypothèses de recherche et des
lignes d’analyse qui permettront de replacer son thème de recherche dans un
contexte.

Elle se fait en deux étapes principales :
-La recension des écrits :
Pour bien appréhender le problème, il faut préalablement colliger les
informations nécessaires à sa compréhension.
-Le choix des variables :
Pour être capable de l’analyser, il faut décomposer le sujet et déterminer les
variables sur lesquelles pourrait porter la recherche.

C’est la problématique qui conduit à la formulation d’hypothèses de recherche.
L’hypothèse est en effet une réponse provisoire à la question préalablement
posée.

5) STRUCTURE DU MEMOIRE :
Il n’ya pas de structure unique, idéale. Elle doit être adaptée à l’objet du travail de
recherche. En revanche, elle comporte des éléments incontournables tels que : le
résumé, l’introduction, les méthodes, les résultats, ou la conclusion.

Exemple de plan pour un travail expérimental :
-Introduction
-Synthèse des travaux antérieurs (peut se trouver dans l’introduction)
-Dispositif expérimental
-Résultats
-Discussion
-Conclusion
-Bibliographie

Exemple de plan pour un travail de terrain :
-Introduction
-Situation géologique (peut se trouver dans l’introduction)
-Méthodes
-Résultats
-Discussion
-Conclusion
-Bibliographie

Dans tous les cas, il est important de distinguer les méthodes (dispositif
expérimental, technique analytique, technique de modélisation, technique
géophysique, etc. …) des résultats (présentation des résultats obtenus dans le
cadre du travail) et de la discussion (confrontation des résultats au problème
scientifique posé, comment progresse-t-on dans la solution du problème posé,
limites de l’étude, etc.).

5-1) LES PAGES LIMINAIRES :
Elles correspondent aux pages placées avant le corps du texte, elles incluent :
La page de titre, les remerciements, la table des matières, les listes des figures et
des tableaux et le résumé du mémoire.

5-1-1) LE TITRE :
C’est une vitrine importante du mémoire. Il doit être aussi court que possible et
renseigner avant tout sur la problématique. A sa lecture on doit pouvoir
reconnaître la thématique traitée ou le problème abordé. On peut trouver un bon
titre à partir d’une liste de mots- clés extraits par exemple du résumé ou de
l’introduction.

Il doit indiquer brièvement le contenu du mémoire, il peut être suivi d’un soustitre
(objectifs plus spécifiques, la (les) méthode(s), la localisation de l’étude.)
Il peut évoquer les principaux résultats et indiquer l’angle d’approche utilisé.

5-1-2) TABLE DES MATIERES :
Elle comprend toutes les parties du mémoire, y compris la liste des figures, la
liste des tableaux, la liste des abréviations, la liste des symboles et le résumé.
Seuls les remerciements et la table des matières elle-même n’y apparaissent pas.
Elle annonce le plan, elle comporte un renvoi à une numérotation continue des
pages (annexes comprises).

Le programme Word sous le menu « insertion » offre une table des matières
automatique.

5-1-3) LES REMERCIEMENTS :
Cette section comporte les noms des personnes qui ont aidé le candidat à réaliser
le mémoire.

5-1-4) LE RESUME :
Habituellement, tout rapport de recherche est accompagné d’un résumé. Le
mémoire de master et la thèse de doctorat ne font pas exception.
La structure du résumé est relativement standard, il débute par une phrase ou
deux qui situent la problématique étudiée. Suivent les éléments principaux qui ont
conduit à la formulation des objectifs, des questions ou des hypothèses, lesquels
sont très brièvement annoncés. La démarche de recherche et l’angle d’approche
de la recherche sont ensuite présentés dans leurs grandes lignes.
Finalement, le résumé se termine sur les principaux résultats et les grandes
conclusions du travail.
Le défi est d’essayer de rédiger tout cela en moins de cinq cents mots et même
idéalement en moins de deux cents mots. Le résumé doit pouvoir être lu en
isolation totale du reste du mémoire.
Cinq mots clés caractérisant la recherche sont placés immédiatement sous le
résumé. Ces mots clés sont choisis de manière à évoquer, selon leur pertinence,
l’objet, l’échantillon, la méthode et les résultats.
Un bon résumé traduit :
-Un bon esprit de synthèse (comment présenter l’ensemble du travail dans une
seule page ?)
-La capacité de distinguer les informations les plus importantes de celles qui le
sont moins.
-La clarté du style.

ABSTRACT :
C’est la traduction en anglais du résumé.

5-1-5) LES LISTES :
Les différentes listes des figures, tableaux, abréviations et symboles utilisés
doivent être placés sur des pages distinctes et avant le corps du texte. Elles
comprennent le numéro, le titre et la page.
Le numéro de la figure ou du tableau est habituellement construit selon le
modèle : le chapitre et l’ordre dans le chapitre, par exemple 2 .1 . (Chapitre2
figure 1)
La liste des abréviations, sigles et acronymes doit être minimale et ne doit
comprendre que les abréviations, sigles et acronymes les plus courants et connus.
Pour les moins connus, il est d’usage d’écrire le nom au complet suivi de
l’abréviation, du sigle ou de l’acronyme entre parenthèses lors de sa première
apparition dans le texte.

5-2) L’INTRODUCTION :
La structure de l’introduction est assez semblable d’un mémoire à l’autre. Elle
comporte deux parties : la première correspond au fond du mémoire, elle amène
de manière générale la thématique étudiée. Puis on resserre cette thématique
générale autour d’un problème social ou scientifique particulier en présentant les
préoccupations et les motivations de la recherche par rapport à ce problème.
Finalement on souligne l’intérêt d’étudier ce problème, on décrit clairement la
contribution du travail de recherche. La deuxième partie de l’introduction porte
sur la forme du mémoire : relativement brève, elle présente la structure du
texte (nombre de chapitres et description de chaque chapitre).

5-3) L’ETAT DE L’ART :
C’est un état de toutes les recherches déjà faites et de toutes les connaissances
concernant l’objet de la recherche en question.

 -Présentation des travaux antérieurs
-Critique des travaux antérieurs
-Description du lien entre le sujet traité dans le mémoire et les travaux
antérieurs.

-Formulation du problème théorique (inventaire et organisation des notions,
concepts, théories et modèles d’explication déjà proposés par d’autres).
-Présentation des hypothèses explicatives.

5-4) METHODES :
Il n’ya pas de thèse sans méthode, sans une démarche de recherche.
Cette partie du mémoire (ou de la thèse) est consacrée à la présentation de la
démarche méthodologique adoptée pour justifier ce qu’on a fait pour tenter de
répondre à la question générale. Elle comporte deux sections principales :
-Une description des procédures de collecte d’informations, une explication
de la ou les méthodes mises en oeuvre dans le cadre du travail avec une
justification du choix de la méthode. Cette description doit être suffisamment
précise et fiable pour que le lecteur puisse reproduire la démarche à partir de
cette seule description laquelle doit permettre de cerner les forces et les
limites de la méthode adoptée.
-Une partie consacrée aux procédures d’analyse et de traitement des données.

5-5) PRESENTATION DES RESULTATS :
Le chapitre doit aller à l’essentiel. Il vise à mettre en évidence ce qui dans
l’ensemble des observations et résultats est significatif eu égard à notre question
de recherche. On présente les tableaux et graphiques significatifs ; ils doivent être
annoncés et expliqués dans le texte.
Dans le cas d’une thèse, il faut souligner sa contribution dans l’obtention des
résultats en particulier si le travail s’insère dans celui d’un groupe de chercheurs.

5-6) DISCUSSION ET INTERPRETATION DES RESULTATS :
L’interprétation et la discussion des résultats consistent à montrer en quoi les
données recueillies et les résultats obtenus permettent de répondre à la question
de recherche. Il faut rappeler brièvement les objectifs et la problématique du
travail. C’est là que les résultats doivent prendre un sens par rapport à ces
objectifs de recherche et au(x) problème(s) posé(s).C’est aussi dans ce chapitre
que les limites du travail (méthodologiques, techniques ou autre) doivent être
cernées, présentées et discutées.
Si les résultats conduisent à contredire, modifier ou confirmer les conclusions
publiées auparavant, c’est aussi à ce stade du mémoire qu’il faut argumenter par
des faits et des raisonnements, pas par des affirmations.
En fonction du sujet de recherche, ce chapitre peut être subdivisé en autant de
sous-chapitres qu’il est nécessaire.

5-7) CONCLUSION :
Cette section du mémoire est probablement l’une de celles qui seront lues avec le
plus d’attention. Le lecteur s’attend à y trouver :
-Un rappel de la problématique(les principaux faits définissant le problème de
recherche et la question générale de recherche)
-Un rappel des objectifs de départ
-Une évocation des principaux arguments soutenant la pertinence de cette étude
-Les éléments importants de la démarche méthodologique
-Les résultats les plus remarquables
-Les perspectives du travail(les pistes de recherche qui ont été ouvertes)
La conclusion constitue un résumé détaillé à partir duquel on peut facilement
rédiger le véritable résumé qu’on place au début du mémoire.

5-8) ANNEXES :
Sont mis en annexe tous les documents longs, utiles (documents supports,
tableaux, graphiques, logiciel, etc.)et qui permettent d’expliquer la démonstration
qui est faite.
L’annexe doit être référencée dans le texte.
On peut avoir à établir une « table des annexes ».

5-9) REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :
C’est une présentation de toutes les sources auxquelles le chercheur a eu recours
lors de la réalisation de son travail.
Tous les travaux cités dans le corps du mémoire doivent comporter une référence
dans la bibliographie et réciproquement, tous les ouvrages cités en bibliographie
doivent être mentionnés dans le corps du mémoire.
Les techniques de présentation sont précises. Doivent figurer les renseignements
suivants : nom de l’auteur, date de publication du document, le titre(en italique),
le nom de l’éditeur et le nombre de pages (pour un ouvrage), le nom de la
revue(en italique) et les numéros de page (pour un article).
----------------------------------------------------------------------------------------------------
Mme D. AÏT-OUMEZIANE

C’est TIGHILT Amirouche. Je suis passionné par le web, la culture, l’histoire, la politique, le développement personnel ainsi que les nouvelles technologies, étudiant en 3ème année Hydraulique, fondateur de L1 ST SM USTHB.

Partager avec vos camarades sur

Pourrait Vous Intéresser...

PRÉCÉDENT
« Prev Post
Suivant
next Post »