Cinq conseils pour réussir à l'Université

st sm usthb

L'université, cet univers impitoyable dans lequel sont lâchés chaque année des milliers de jeunes bacheliers, sans aucun filet, et où certains étudiants ne mettent plus les pieds une semaine seulement après la rentrée… Pourtant, il est possible de réussir brillamment et de décrocher un nouveau diplôme à la faculté, sans forcément travailler comme un forcené. Il suffit de s’imposer certaines règles de conduite et d’apprentissage, et de s’y tenir coûte que coûte !
1 - L'organisation tu apprendras

st sm usthb

A l'université, on est tout seul, car on est censé être autonome. Cette autonomie existe, certes, depuis le lycée, mais à la faculté elle est renforcée : plus personne ne viendra vérifier si vous prenez des notes, si vous écoutez ce qu'il faut retenir,… C'est pourquoi un sens strict de l'organisation s'impose. Il est très tentant de venir en cours sans feuilles, et de noter deux ou trois mots saisis au vol sur un bout de papier trouvé au fond du sac. Mais, bien au contraire, il faut être encore plus soigneux qu'au lycée.
Les jeunes étudiants doivent se forcer à prendre leurs cours sur des feuilles qu'ils classeront ensuite dans des pochettes, et éventuellement de faire des fiches par la suite. Ils pourront ainsi tout trouver du premier coup, quand l'heure des révisions aura sonné.
2 - Aux cours tu assisteras


Les jeunes bacheliers lâchés dans les facultés sont ivres d’autant de liberté. Car, non seulement les étudiants ne sont pas tenus d'assister aux cours magistraux, mais en plus les amphithéâtres sont tellement bondés que le professeur ne remarquera pas votre absence. Et, pour ceux qui ont la chance de quitter le cocon familial pour leurs études, les parents ne pourront même pas remarquer que leur progéniture est au lit, au lieu d'être en module de civilisation allemande…
Aller en cours permet de conserver ses connaissances. C'est également une aide précieuse, pour les révisions : si on a écouté attentivement le professeur, on aura retenu déjà une bonne partie du cours. Et aller en cours ne signifie certainement par de s'assoir sur les bancs des amphis pour remplir les grilles de sudoku de tel ou tel journal ou pour traîner sur Facebook !
3 - Ton travail tu rendras
usthb
Les enseignants des universités considèrent les étudiants - y compris de première année de licence - comme des adultes, et les responsabilisent un maximum. Ils ne vont donc pas perdre de temps pour vous faire la morale si vous ne rendez pas vos travaux.
Mais ce comportement brouillon ne vous aidera pas à progresser. Bien au contraire… Et ce, alors que la charge de travail n'est pas énorme durant l’année, et que les trous dans les emplois du temps permettent de se consacrer aux exercices à rendre. Cela vous permettra d’éviter de tout réviser à la dernière minute, à quelques heures du début des partiels. Et, si jamais vous travaillez, mettez à profit votre temps perdu dans les transports notamment pour plancher sur vos devoirs.
4 - Activement tu participeras
td st usthb
Il n'y a pas que les cours magistraux à l'université. Il vous faudra en effet aller à la faculté pour vos cours de travaux dirigés (TD) qui, eux, sont obligatoires. Plusieurs absences sont susceptibles de vous interdire l'accès aux examens si elles ne sont pas justifiées… Lors de ces TD, organisés par petits groupes, il est important de participer.
Cette organisation est d'ailleurs faite pour que les étudiants puissent se retrouver en petit nombre face au professeur ou au chargé de TD. Utilisez donc cette opportunité pour vous exprimer et pour poser toutes les questions relatives aux points que vous n’avez pas forcément saisis durant les cours magistraux. Vous ne pourrez ainsi que consolider vos acquis.
5 - Les examens tu prépareras
Il est très tentant de ne pas relire ses cours. Alors qu'au lycée, les contrôles pouvaient tomber toutes les semaines, à la faculté, les partiels n'interviennent qu'en fin de semestre.
Pour éviter d'avoir à se retrouver avec des tombereaux de feuilles à assimiler, mieux vaut apprendre un peu toutes les semaines. Car seulement quelques jours sont finalement laissés aux étudiants pour préparer et réviser, en vue des partiels… Il faut donc se forcer à utiliser son temps au mieux. Et puis, vous aurez tout le temps de fêter ensuite vos partiels validés !
usthb





Bon Courage !

C’est TIGHILT Amirouche. Je suis passionné par le web, la culture, l’histoire, la politique, le développement personnel ainsi que les nouvelles technologies, étudiant en 3ème année Hydraulique, fondateur de L1 ST SM USTHB.

Partager avec vos camarades sur

Pourrait Vous Intéresser...

PRÉCÉDENT
« Prev Post
Suivant
next Post »

1 commentaires:

commentaires