TCE - La recherche bibliographique -

tce st sm snv stu usthb
La recherche bibliographique
Avant-propos :
Pourquoi entreprendre une recherche bibliographique ?

Pour traiter un sujet précis (pour vos projets ou votre mémoire) il faut : 

  • - Connaitre ce qui a été fait, par des travaux existant
  • - Consulter les documents et les écrits précédents
Cette démarche documentaire consiste en une recherche bibliographique. Pour mener à bien cette recherche, il faut :


  • - Identifier les documents qui serviront de support
  • - Localiser et consulter ces documents
  • - Conserver les références (pour les citer après)
Quel est l’objectif de tout ça !

Objectif d’une recherche bibliographique C’est comme faire une base de données et trouver un maximum de références donc de données pour le sujet à traiter, pour cela il faut repérer régulièrement les nouvelles publications sur le sujet, donc faire une recherche de ses références, pour bâtir à son tour, sur la base de données existantes et de données nouvelles relevant d’un travail personnel un nouveau document sur le sujet
Ce qui amène aux « références bibliographiques »

Différence entre référence bibliographique et bibliographie
  •  Reference bibliographique : est une liste de référence des documents utilisées dans le travail, présenté selon un ordre précis se trouve à la fin après la conclusion et avant les annexe
  •  Bibliographie : englobe plus de données que la liste, elle inclut des informations supplémentaire utilisées mais non citées dans le texte (genre discographie)
Il est d’usage universitaire de ne faire figurer en fin de mémoire, de thèse ou d’article que les références effectivement citées dans la recherche Attention ne pas confondre avec le terme biographie (qui est l’histoire écrite de la vie d’une personne reconnue pour ses travaux, son oeuvre, …)

Dans quels documents trouver les informations ? Il existe différent type de documents (écrits, électroniques, audiovisuels…) qui recèlent des informations susceptibles d’être utile au sujet, on citera par exemple : les thèses/mémoires, les articles périodiques/revues scientifiques de vulgarisation et les monographies Ajoutons aussi : les dictionnaires ou les encyclopédies ainsi que les banques (bases) de données, les pages web, les comptes rendus…..

Cours :
On expliquera dans ce qui suit les fonctionnalités et les caractéristiques de chacun de ses documents ;

  • Monographie : étude détaillée et complète d’un sujet bien précis (il peut s’agir d’un livre scientifique) on y reviendra au td suivant
  • Périodique scientifique ou revue scientifique de vulgarisation : qu’on appelle aussi publication en série, elle est dotée d’un titre unique, composée de plusieurs article, se succède chronologiquement à des intervalles en principe réguliers (mensuel, bimensuel, trimestriel) c’est elle qui transmet le mieux l’actualité
  •  Tiré à part : tirage supplémentaire d'une partie d'un ouvrage, un chapitre ou un article, réalisé hors du tirage normal.
  •  Thèse ou mémoire : on dit le mémoire (à ne pas confondre avec ‘’la mémoire’’) les deux sont des diplômes qui sanctionnent un travail de recherche bibliographique, scientifique et technique, respectivement de post-graduation (doctorat) et de graduation, réalisés sous la responsabilité d’un jury. Les thèses et les mémoires sont répertoriés par spécialités puis par noms auteurs
On les trouve aussi dans
  • Les dictionnaires : recueil de mots d’une langue ou d’une discipline classés par ordre alphabétique, suivis d’un certain nombre d’informations : définition, étymologie, synonymes, exemple…
  • Les encyclopédies : ouvrage ou l’on exprime par thème ou ordre alphabétique l’ensemble des connaissances universelles ou spécifiques d’un domaine de savoir. On distingue trois types d’encyclopédies : générales, scientifiques, scientifiques générales et scientifiques spécialisées
  • Compte rendu du congrès : en principe, tous les congrès importants donnent lieu à des publications, souvent l’année suivant leurs tenues. Les comptes rendus paraissent le plus souvent à l’intérieur d’un périodique en numéro spécial ou sous forme d’ouvrage isolé ou de collection
 On peut les trouver aussi dans les ressources électroniques : banques (bases) de données, page web, logiciel, support CD/DVD ou flash disk…

Un des intérêts majeurs de ce cours c’est la rédaction de la référence bibliographique

Elément de rédaction des références 
- Dans la liste bibliographique, les références sont classée selon l’ordre alphabétique des noms d’auteur (et non par ordre chronologique, ni dans l’ordre de citations dans le texte). Le prénom intervient en second lieu dans le cas d’homonymes
 - Pour chaque auteur, les publications sont classées chronologiquement. Si plusieurs publications d’un même auteur sont datées de la même année, elles seront distinguées par les lettre d’ordre (a, b, c…) placées à la suite de l’année de la publication
 - Pour une monographie, les informations nécessaires à la rédaction d’une référence bibliographique sont prélevées prioritairement sur la page du titre du document ; éventuellement dans ses parties liminaire : au début et à la fin du document

Il en existe deux normes pour la rédaction, on utilisera la norme ISO où chaque champs est suivi d’un point « . ». On s’intéressera à l’écriture des références de ces documents : monographie, article périodique, thèse ou mémoire, page web

Référence d’une monographie
Auteurs(s). Titre. NumEdition. Adresse. description physique. (collection). ISBN.

Remarque : les zones en gras sont obligatoires ; les autres sont facultatives
Auteurs : NOM, Prénom ; s’il existe plusieurs auteurs on écrira : NOM1, Prénom1, Prénom2 NOM2 et Prénom3 NOM3 (suivre attentivement la forme de l’écriture et respecter la virgule « , »)
Titre : débutant par une majuscule, écrit en italique ou souligné

Edition : mentionner le numéro de l’édition puis les informations sur l’édition apportées par le document (s’il y en a). Quand il s’agit d’une première édition généralement on n’écrit rien sauf si elle a été revisitée

Adresse : Lieu d’édition : nom de l’éditeur, date de publication. Le lieu d’édition ou de publication est la ville du siège social de la maison d’édition, la date est prélevée sur la page du titre (suivre attentivement la forme de l’écriture et respecter la virgule « , » et les deux point « : »)

Description physique : le nombre de page est la dernière page numéroté. L’abréviation de page est 
« p. »

La collection : le nom de la collection dans laquelle s’insère le document est placé entre parenthèse (si la monographie appartient à une collection, c’est facultatif)

ISBN : le numéro d’identification des documents est précédé de la mention ISBN (on y reviendra sur ce qu’est l’ISBN au td suivant)

Exemple : PLAQUET, Marie. Le dernier inca. 8e édition revue. Paris : PUF, 1996. 80p. (Que-sais-je). ISBN 2-13-047445-4.

Référence d’un article périodique 
Auteurs(s). Titre de l’article. Titre du périodique, date de parution, désignation du fascicule (tome ou numéro ou les deux). Localisation dans le périodique.

Localisation du périodique : première page de l’article et dernière page de l’article (exemple : p. 12-30 ou pp. 12-30 qui est la plus utilisée)

Exemple : EPRON, Benoit. L’édition universelle numérique. Bulletin des bibliothèques de France, 2004, 49, numéro 3, pp. 49-52.

On remarque que déjà la différence entre la référence d’une monographie et d’un périodique est dans la pagination, dans une monographique on indique le nombre de page hors que dans un périodique on indique l’intervalle de page où se situe l’article dans le périodique (revue ou autre)

Référence d’une thèse ou un mémoire 
Auteurs(s). Titre. Niveau (ingéniorat, thèse de 3ème cycle, thèse de doctorat…) : spécialité de la soutenance. Ville, année de la soutenance, nombre de page.

Exemple : MIRARCHI, Valérie. Posture philosophique face à la modernisation. Thèse de doctorat : Philosophie. Reims, 2007, 200 p.

 Référence d’une page web 
Responsabilité principale (auteurs(s) ou nom l’organisme écrit en majuscule). Titre [en ligne]. Lieu de publication : Editeur, date de publication, date de mise à jour ou de modification (si elle existe). [date de consultation]. Disponible sur le web : <adresse URL>.

Exemple : GAUTHIER, Jaques. Vulgarisation, produite et diffuser [en ligne]. Ottawa : CRDI, 1er octobre 2006. [Consulté le 22 octobre 2007]. Disponible sur le web : <http://www.idrc.ca/fr/>.

Types de recherche
  • Recherche par mot clé : un mot clé englobe l’information du titre du document (identifier les mots qui résument le sujet). Cerner les mots clés c’est cerner tous les thèmes et notions du sujet étudié Pour le documentaliste ça caractérise le contenu des documents, les mots clés lui serviront pour l’indexation
  • Recherche par auteur : si vous vous souvenez de l’auteur en dehors du titre ou qu’un auteur vous intéresse, il est aussi possible de procéder une recherche par auteur et généralement dans les bibliothèques il y a des fichiers indexés par nom d’auteur
  •  Recherche par cote d’ouvrage : les documents sont rangés sur le rayonnage de la bibliothèque. Pour faire une demande il faut connaitre la localisation de ces documents Chaque document ou ouvrage reçoit une « adresse » unique, appelée cote, servant à le localiser dans une collection documentaire.
Définition : la cote est la description physique du livre Dans les normes internationales la cote est composée, sur la première ligne, de son indice de classification dans le système Dewey et sur la deuxième ligne, du chiffre d'auteur (elle est unique)

tce st sm snv stu usthb
Exemple de cote à la Bibliothèque Universitaire de l’USTHB (et emprunt)

Les documents sont d’abord classés par grands domaines : 
- La cote 500 correspond à tous les ouvrages traitant des Sciences de la Nature et des Science exactes (classification de Dewey)
 - La cote 510 correspond à tous les documents traitant la mathématique 
- Puis au sein de ce domaine, tous les documents qui lui concernent l’algèbre portent la vote 512
 - Tous ceux qui traitent des fondements de l’algèbre portent alors la référence 512.9 
- Et l’ouvrage ayant pour titre « Recueil d’exercices d’algèbre supérieure » écrit par D.FADDEN et I.SOMINSKI a comme cote : 512.9 FAD (les lettres correspondent au début du nom du 1er auteur)

L’étudiant n’a pas accès directement aux documents de la bibliothèque. Une fois le document repéré comme existant au sein de la bibliothèque et identifié par sa cote, pour consultation, l’étudiant remplit une demande sur laquelle figure : le nom et prénom de l’étudiant, son numéro d’immatriculation, le ou les auteur(s) du document, le titre du document et sa cote. Le document demandé est recherché dans le magasin de la bibliothèque par le personnel de la bibliothèque puis remis à l’étudiant. Après consultation, l’étudiant désireux de conserver le document pour une certaine durée fera alors une demande de prêt pour l’extérieur. A noter, que certains documents (comme les exemplaires uniques) sont exclus du prêt.

Remarque : comme dit dans le cours, à l’examen final le sujet est susceptible de porter sur des questions relatives à la bibliothèque, sur le parcours d’emprunt d’un document, fichier (auteur et matière), fichier électronique, cote… Il vous est vivement conseillés de fréquenter la bibliothèque universitaire (comme ça, c’est dit, vous ne direz pas à l’examen que je ne vous ai pas prévenus)

Complément
Citation de des références dans le corps du texte Dans le corps du texte les références bibliographiques sont citées, lorsque le résultat d’une recherche est utilisé (c’est-à-dire l’information relayé dans le texte vient d’un document d’information) sous forme : Exemple : (GAUTHIER N., 1972) ou (GAUTHIER, N., 1972) ou (GAUTHIER, N., 1972, p.46) donc il est toujours entre parenthèse et le prénom de l’auteur peut ou non y être. Lorsqu’il y a plus de deux auteurs à une référence, on ne citera que le premier auteur suivi de « et al. » Exemple : (GAUTHIER, N. et al., 1972) (mais dans la liste bibliographique tous les auteurs doivent être cités)

‘’Je serai à votre disposition pour une meilleure compréhension si vous en avez besoin’’
Mr BENALI Amine
chargé de TD à L'usthb
----------------------------------------------------------FIN--------------------------------------------

C’est TIGHILT Amirouche. Je suis passionné par le web, la culture, l’histoire, la politique, le développement personnel ainsi que les nouvelles technologies, étudiant en 3ème année Hydraulique, fondateur de L1 ST SM USTHB.

Partager avec vos camarades sur

Pourrait Vous Intéresser...

PRÉCÉDENT
« Prev Post
Suivant
next Post »